Tel.: 514-340-8222 poste 25176
david.dunkley@mcgill.ca
 
Dr David M. Dunkley
 
Directeur de projet, Institut Lady Davis

Professeur agrégé en psychiatrie, Université McGill

Membre associé du Département de psychologie, Université McGill
 
David Dunkley, Ph. D., est chercheur à l’Institut Lady Davis et à l’Hôpital général juif, professeur adjoint en psychiatrie et membre associé du Département de psychologie de l’Université McGill. Il a été formé en psychologie clinique, à l’Université McGill, où il a obtenu son doctorat en 2001. Il a ensuite poursuivi des études postdoctorales en évaluation diagnostique longitudinale des troubles psychiatriques, à l’Université de Yale, de 2001 à 2003, suivies d’une bourse de recherche postdoctorale en études psychothérapeutiques sur la dépression, à l’Institut de psychiatrie communautaire et familiale de l’Hôpital général juif, de 2003 à 2004. Le Dr Dunkley est un chercheur-boursier du FRSQ. Le but premier de ses recherches consiste à examiner les mécanismes par lesquels le perfectionnisme est un trait de personnalité susceptible d’augmenter le degré de vulnérabilité face à la dépression. Il a remporté un grand nombre de bourses de recherche et de subventions provenant d’organismes fédéraux et provinciaux et a publié plusieurs articles de recherche dans des revues réputées dans lesquels la modélisation par équation structurelle et l’analyse des pistes causales et la modélisation multiniveaux servaient de techniques principales d’analyse des données. En 2005, il a remporté le prix du nouveau chercheur décerné par le président de l’Association canadienne de psychologie.
 
Principales activités de recherche
 
Le but premier des recherches du Dr Dunkley consiste à étudier les mécanismes par lesquels le perfectionnisme constitue un trait de personnalité ou cognitif susceptible d’augmenter le risque de dépression. Ses recherches portent sur les processus susceptibles de déclencher du stress (sources de stress) et influençant les réactions face au stress, qui peuvent expliquer pourquoi les normes personnelles (NP) et l’autocritique (AC), deux dimensions du perfectionnisme, servent de facteurs déclencheurs et / ou d’entretien des symptômes dépressifs chez un groupe d’adultes non suivis en clinique et chez des patients déprimés. Ses recherches antérieures auprès d’un groupe d’étudiants de l’université, d’adultes de la communauté et d’une clientèle suivie en clinique ont démontré que les personnes portées à s’autocritiquer avaient tendance à développer des symptômes dépressifs persistants découlant des sources de stress parce qu’elles avaient tendance à : (1) analyser les événements mineurs ou quotidiens de façon plus négative (stress quotidien) et (2) se préoccuper davantage de leurs inadéquations perçues en réponse à des stresseurs. Par conséquent, ils avaient tendances à procrastiner ou à laisser tomber (comportements d’évitement). De plus, les personnes présentant des NP très élevées, et celles ayant un sens d’AC plus élevé, étaient plus susceptibles de développer des symptômes dépressifs face au stress relatif à l’atteinte de leurs objectifs et des comportements d’évitement. Ses recherches récentes intègrent l’hyperactivité de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS), soit la sécrétion de cortisol, en tant que variable de stress explicative additionnelle. Les résultats obtenus dans ces recherches ont mis en évidence les processus déclencheurs et d’entretien les plus significatifs et contribué à identifier les cibles spécifiques en matière de prévention et d’amélioration des interventions cliniques actuelles auprès des patients déprimés. Considérant les effets débilitants de la dépression, ces recherches constituent une étape importante menant à l’amélioration de la qualité de vie et des services de santé mentale offerts aux personnes atteintes de dépression.
 
Publications récentes
 
Dunkley, D. M., Ma, D., Lee, I. A., Preacher, K. J., & Zuroff, D. C. (2014). Advancing complex explanatory conceptualizations of daily negative and positive affect: Trigger and maintenance coping action patterns. Journal of Counseling Psychology, 61, 93-109.

Dunkley, D. M., Berg, J., & Zuroff, D. C. (2012). The role of self-critical perfectionism in daily self-esteem, attachment, and affect. Journal of Personality, 80, 633-663.

Dunkley, D. M., Blankstein, K. R., & Berg, J. (2012). Perfectionism dimensions and the five-factor model of personality. European Journal of Personality, 26, 233-244.

Dunkley, D. M., Schwartzman, D. E., Looper, K. J., Pierre, A., Sigal, J. J. & Kotowycz, M. A. (2012). Perfectionism dimensions and dependency in relation to personality vulnerability and psychosocial adjustment in patients with coronary artery disease. Journal of Clinical Psychology in Medical Settings, 19, 211-223.
Le Dr David Dunkley est un chercheur de renommée internationale dans le domaine des traits cognitifs ou de personnalité susceptibles d’augmenter la vulnérabilité à la psychopathologie.

Ses recherches portent sur les processus susceptibles de déclencher du stress (sources de stress) et influençant la réaction face au stress qui pourraient expliquer pourquoi les normes personnelles (NP) et l’autocritique (AC), deux dimensions du perfectionnisme, servent de facteurs déclencheurs et / ou d’entretien des symptômes dépressifs chez un groupe d’adultes non suivis en clinique et chez des patients déprimés.

Ses recherches récentes intègrent aussi l’hyperactivité de l’axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien (HHS), soit la sécrétion de cortisol, en tant que variable de stress explicative additionnelle. 

En 2005, il a remporté le prix du nouveau chercheur décerné par le président de l’Association canadienne de psychologie.
 
 
Publications du Dr Dunkley indexées dans PubMed
 
Support research at the Lady Davis Institute - Jewish General Hospital